L’Abolition des privilèges

Les rouages d'un monde qui vient.

Bertrand Guillot

En librairie le 5 janvier 2022

Lire un extrait

C’est un État en déficit chronique, où les plus riches échappent à l’impôt. Un régime à bout de souffle. Un peuple à bout de nerfs, qui réclame justice et ne voit rien venir. Un pays riche mais bloqué, en proie aux caprices d’un climat déréglé́. Telle est la France à l’été 1789. Jusqu’à ce qu’en une nuit, à Versailles, tout bascule. C’est la Nuit du 4 août.

Les libraires et la critique en parlent

Une réussite totale tant sur le rythme, le ton, le regard et l’effet d’immersion recherché. Ces gens là reprennent chair, sortent de la toile, descendent de leur piédestal et deviennent nos contemporains.

Un récit passionnant et extrêmement vivant des débuts de la Révolution française et dans lequel l’auteur fait des liens avec la situation de la France d’aujourd’hui. C’est intelligent, accessible et cela donne à réfléchir.

Loin des manuels scolaires, Bertrand Guillot nous entraîne au cœur d’une nuit qui a révolutionné (!) le cours de l’Histoire. La construction de son récit est intelligente, il décrypte habilement au travers de chapitres courts les événements de ce fameux 4 août 1789, osant avec une certaine audace des rapprochements avec l’actualité. Absolument passionnante, vous allez dévorer cette Abolition sans même vous en rendre compte.

LA bonne idée que de revisiter cet épisode aussi inconnu que fondateur de l’histoire française alors que se profile une campagne présidentielle et que la grogne sociale artificiellement essoufflée par la COVID couve plus que jamais ! Elle laisse bien songeur, cette mise en perspective aussi pertinente que divertissante.

Un roman d’aventures politiques passionnant.

Une histoire humaine, une histoire politique, une histoire… contemporaine.

Un récit vif, enlevé, et plein d’humour au souffle romanesque.

Enterre un régime pour en faire naître un autre, qui n’en a pas rêvé ? À vrai dire, j’ai beaucoup aimé.

C’est parfois cocasse, une vraie tragi-comédie, le lecteur suit les débats, est porté par l’émotion, la fièvre, les multiples rebondissements. L’auteur avec malice et humour, d’une plume virevoltante trempée dans les nombreuses archives, nous entraîne dans cet été si chaud où tout a basculé.

Un récit historique mordant à la Éric Vuillard, sur la nuit du 4 août 1789. Très accessible et drôle !

Vivant, bien écrit, il y a de l’humour, des parallèles avec aujourd’hui. Pour les amateurs d’Histoire, mais pas que !

Bien sûr l’Histoire ne se répète pas, mais ce roman – car ce n’est pas un essai historique – apporte une petite touche virevoltante d’espoir dans notre actualité morose.

© Chloé Vollmer-Lo

L'intention de l'auteur

L’enjeu principal était d’établir des ponts entre 1789 et aujourd’hui. Sans artifice, et sans anachronisme. Ça devait passer par les personnages eux-mêmes. J’ai passé des mois dans les archives, comme un voyage en immersion, où l’on se familiarise avec la langue, la culture… J’avais envie de balader les lecteurs dans cette période, leur montrer ce qui me semblait important, ou amusant. Qu’ils refassent le voyage sans que je leur tienne la main, pour vivre un moment historique au plus près des personnages réels. Comme une visite guidée.

Informations

Récit
288 pages – 20 €
ISBN : 978-2-38311-003-3
NUART : 8861415