L’Effet Titanic

Quelque chose des tempêtes.

Lili Nyssen

En librairie le 24 août 2022

Lire un extrait

Le Havre. Vingt-cinq ans, célibataire, la narratrice écrit une histoire, celle de Flora et de Zak. Flora est une adolescente d’aujourd’hui, classe moyenne, envie d’aimer qui cogne fort. Zak, garçon inquiet et mystérieux, vient des quartiers Est. Mais au cœur du paysage ouaté, l’attraction est immédiate. Se déploient alors l’attente, le désir tâtonnant, le vertige de l’autre. Et tandis que leur rencontre flamboie et s’altère comme toutes les premières fois, la narratrice affronte ses propres pertes ; celle d’un garçon et de l’enfance qui doucement s’en va.

Les libraires et la critique en parlent

Lili Nyssen réussit pour son premier roman à trouver le fragile équilibre entre fond et forme, et c’est un grand plaisir de lecture, sucré et pétillant mais aussi nostalgique et brumeux

Superbe premier roman. En peu de pages, Lili Nyssen raconte le premier amour, la difficulté de le dire, et ce qui se passe quand ça s’arrête. Écriture forte, personnages d’une grande modernité, hanté par les fantômes de notre siècle. J’ai adoré. Autrice à suivre, assurément.

L’Effet Titanic fait penser à Normal People de Sally Rooney. Il évoque la période de bascule où on se transforme en adulte, il traduit le silence et déchiffre les amours. Et ça rend assez accro.

Dans une langue douce mêlant intimement poésie et langage de la rue, Lili Nyssen nous fait revivre une histoire si belle et si ordinaire, en l’inscrivant dans la chair de notre époque. A découvrir

Un va et vient qui nous raconte le destin d’une jeunesse actuelle, un peu désœuvrée, très attachante.

La mer donne voix à la puissance du sentiment amoureux, de ses premiers étourdissements jusqu’à la douleur de sa perte.

Il n’y a pas que l’amour qui représenté dans ce livre. La classe sociale et le paysage poétique du Havre sont décrits dans un style d’écriture évasif à la fois puissant et tendre. À découvrir.

© Chloé Vollmer-Lo

L'intention de l'auteur

J’ai grandi en côtoyant différents milieux, passant d’un collège d’éducation prioritaire à un lycée du centre de Paris. C’est dans ces différents contextes que j’ai connu mes premiers émois amoureux, toujours avec l’envie, consciente ou non, que les écarts sociaux ne viennent jamais entacher l’amour dans ce qu’on lui prête d’inaliénable. Zak et Flora ne sont pas du même monde et ne partagent pas grand-chose si ce n’est cette envie d’être ensemble, de s’aimer. Dans cet élan, ils s’exotisent l’un et l’autre. Pour Flora, Zak est ce badboy des quartiers ; pour Zak, Flora est l’incarnation de l’enfance heureuse qu’il n’a pas eue et de l’avenir radieux auquel il est soustrait. La question est de savoir si le sentiment pur se suffit à lui-même, et ce qui, essentiellement, relie deux individus dans une relation amoureuse.

Informations

224 pages – 19 €
ISBN : 978-2-38311-007-1
NUART : 5738827

Prix

Sélection prix Voltaire
Sélection Grand prix de littérature de la ville de Saint-Étienne